Sven-Ole Frahm


Communiqué de presse

Sven-Ole FRAHM          A Hole in the Wall is Nothing to Worry About - Part II           7 septembre – 19 octobre 2013

 

 

Galerie Richard Paris est heureuse de présenter la quatrième exposition de Sven-Ole Frahm à Paris du 7 septembre au 19 octobre 2013. Suite au succès de sa première exposition à Galerie Richard New York cet été titrée A Hole in the Wall is Nothing to Worry About, son exposition à Paris en sera le deuxième volet. Galerie Richard Paris représente cet artiste allemand depuis 2007. L’artiste attribue un nouveau rôle à la toile en utilisant le matériau à la place du geste pictural peint, ce qui lui permet aussi d'ajouter la troisième dimension en peinture. Ses oeuvres se distinguent par la grande qualité de leurs compositions, ce qui lui permet d’expérimenter de nouveaux moyens d’expression.

 

 

 

Le titre “Un trou dans le mur n’est pas quelque chose dont il faut se soucier” exprime l’idée que la pratique artistique est celle de l’expérimentation, de la prise de risques. Pour ses premières peintures, la toile posée sur le sol, il y déposait une peinture acrylique liquid qui se  répandait en fonction du relief du sol. Ensuite il détruisait délibéremment l’oeuvre en la découpant aux ciseaux en lignes droites et dans des formes géométriques simples. Il rassemblait les pieces du puzzle en les cousant méticuleusement et patiemment avec une machine à coudre professionnnelle. Sven-Ole Frahm poursuit ce processus de destruction-création, cher à l’économiste Joseph Schumpeter, processus de déconstruction dans l’esprit de Jacques Derrida, en l’élargissant avec de nouvelles interventions sur la toile.

  

Dans les oeuvres récentes nous trouvons peu de traces de peinture qui définissent des formes. La peinture est la plupart du temps appliquée en aplats couvrant uniformément la section peinte. Progressivement Sven-Ole Frahm substitue aux moyens d’expression de la peinture de nouveaux moyens qui tiennent à l’usage même du matériau de la toile. Pour autant la toile n’est pas séparée du châssis. A l’opposé  des artistes du groupe Support-Surface, il maintient l’intégrité du tableau.

 

Les formes géométriques sont formées de toiles peintes cousues; certains ajouts de toile ne sont cousus que sur la bordure supérieure, laissant la gravité s’imposer. Les coutures se substituent au dessin de par la discrétion de leur présence. Dans ces nouveaux tableaux, il découpe la toile au cutter en forme de U, créant des bandes de toiles de même couleur qui se détachent naturellement. Il découpe aussi la toile en formant des trous géométriques dans la toile qui selon les endroits laissent apparaître le châssis. Inversement, il développe la troisième dimension physique par la création de formes pyramidales composées de triangles cousus. Pour la première fois,  nous découvrirons sur l'exposition parisienne  plusieurs peintures trouées  dont il a gardé une partie de la toile pour former des cerclages extérieurs en forme de tube. Une peinture exposée dont la toile reste vierge de peinture est trouée d'un seul cercle . Ce vide rond est cerclé de plusieurs bandes de toiles peintes cousues les unes aux autres, formant une tubulure sculpturale imposante colorée. Elle s'apprécie par un regard perpendiculaire au châssis. Sven-Ole Frahm nous incite dans ses nouvelles peintures à expérimenter une nouvelle manière de les appréhender et de les apprécier.

 

La matérialité et la sensualité de la toile brute, la finesse de coutures, les fils qui pendent, la troisième dimension en peinture, s’opposent à une esthétique minimale plus encline à engendrer un plaisir conceptuel platonicien. En manipulant plusieurs techniques sur une même oeuvre il fait aussi coïncider des ordres esthétiques antagonistes. Par ailleurs il allie le microcosme au macrocosme: si le spectateur se délecte dans les détails, tels les reflets colorés dans les trous qui proviennent de peintures apposées au dos de la toile, le regard revient toujours vers la vue holistique qui justifie chaque élément. Chaque peinture peut s’analyser en une superposition maîtrisée de différentes couches de compositions.

 

Sven-Ole Frahm, né en 1972, vit et travaille à Berlin. Il fut diplômé de la Kunst Akademie de Düsseldorf en 2001. Frahm a gagné le prestigieux prix allemand pour la peinture, le Bergischer Kunstpreis au Musée d’art de Solingen en 2006. Il prit part à l’exposition Compilation III à la  Kunsthalle de Düsseldorf en 2007. Ses oeuvres sont montrées régulièrement en Europe à Paris, Berlin, Amsterdam et Düsseldorf et  dorénavant à New York.