Communiqué de presse



 

JOHN M. ARMLEDER / JEAN CARZOU                                                  octobre 18 - Decémbre 20, 2014

 

« … C’est bien pour cela que je célèbre avec obstination des artistes jugés comme mineurs,  Jean Carzou par exemple parce que je pense que fondamentalement Malevitch sans Carzou n’existerait pas. A vrai dire, j’ai une capacité de sympathie pour à peu près tout… Je ne crois pas à la question du bon et du mauvais goût. Quelque part, ces formes de disqualifications m’alertent dans la mesure où je suis persuadé que ce sont les mêmes raisons ou les mêmes ingrédients qui vont permettre de célébrer ou de déconsidérer telle ou telle œuvre. Pour un objet artistique c’est la même mécanique, le même schéma. Entre la valeur ajoutée et la valeur diminuée, le jugement procède exactement des mêmes principes, il n’y a aucune différence». John Armleder. La création contemporaine. Flammarion.

 

Le jeune Karnik Zouloumian, né en Syrie à Alep en 1907 s’installe en Egypte avec sa famille arménienne, poursuit de brillantes études au Caire. A 23 ans il rejoint Paris pour étudier à l’Ecole spéciale d’Architecture, il en sort diplômé  en 1930, fait «  des ronds et des carrés » à Montparnasse, devient Jean Carzou par souci d’intégration. En très peu de temps avec ses décors oniriques de la Comédie française, les décors de théâtre des années 50,  le peintre artisan Jean Carzou devient une des plus grandes figures du monde de l’art : un « house hold name ». La revue Connaissance des Arts le classe d’ailleurs en 1955 parmi les dix peintres les plus importants de sa génération.

 

Son style graphique, acéré, acquiert une immense popularité - nous sommes dans les décennies 60/70  - dont plus aucun artiste français ne bénéficiera depuis. Fer de lance de la figuration alors que dans le même temps Georges Mathieu et Victor Vasarely règnent sur l’abstraction. C’est à ces trois artistes « trademark », à ces trois créateurs de style que la station de radio  RTL propose de concevoir le nouveau design de la façade rue Bayard à Paris. La station RTL choisie en 1972 le motif Op Art de Vasarely qui illustre à l’évidence les années 70, la technophilie et la modernité des années Georges Pompidou.

John M Armleder (né à Genève en 1948) «Fondateur en 1969 à Genève, avec d'autres artistes proches de Fluxus, du groupe Ecart et de la galerie du même nom,  présente dans la galerie JL Richard NY cette maquette de Jean Carzou, oubliée depuis quarante ans : un moucharabieh, un élément architectural ornemental ayant traversé le temps, où l’on retrouve les motifs du machinisme onirique de ses peintures.  Une résille à laquelle l’architecture contemporaine a rendu raison, ce concept devient omniprésent dans l’architecture, telle la peau d’aluminium du new Museum (SANAA 2010).

John M Armleder a développé une œuvre incroyablement subtile et complexe. Sa démarche repose sur l’idée que les choses ont déjà eue lieu et que son art s’élabore avec celui qui l’a précédé. Il œuvre par stratégie de brouillage et de dé-hiérarchisation, reconsidère ici l’œuvre de Jean Carzou, prend le risque de réévaluer l’œuvre de cet artiste désormais relégué au rang de peintre mineur après la gloire des sixties et des seventies.  Certains expliquent cette déconsidération par des nécessités économiques ayant conduit à son remplacement, John Armleder pense que l’on peut toujours trouver de bonnes raisons pour célébrer une œuvre et tout aussi bien de bonnes raisons pour disqualifier cette même œuvre.  Ce sont les constructions culturelles et pas seulement marchandes qui ont valeur d’estimation.  On retrouve ici le principe d’équivalence cher à Robert Filliou. 

John M Armleder choisit d’associer « Les ronds et les carrés » du très jeune Carzou aux « Pour and puddle painting ». Les métapeintures, inconnues d’un artiste-artisan très connu, puis très discuté et rejeté –il s’appliquait alors pour faire ces images d’abstraction, une illustration des années 30 – voisinent dans un tremblé et un espace temporels les splendides « pour and puddle paintings », leur fureur calme.  

 

On aura du mal à imaginer que Jean Carzou et John Armleder furent des contemporains. Carzou au faite de sa fortune, Membre de l’Académie des Beaux Arts, avait commis quelques imprudences en condamnant sans appel Picasso et même Cézanne, synonymes à ses yeux de « la décadence de la peinture ». Ces prises de positions radicales lui valurent une grande hostilité du monde de l’art. C’est dire l’audace délestée de toute ironie de John Armleder, il mise gros à célébrer un vaincu. Dans son autobiographie Jean Toussaint Desanti expliquait que le philosophe est celui qui a chaque fois mise la totalité des acquis, de ses acquis. « Un philosophe est un flambeur », il se doit de remettre en jeu son savoir, ses idées, à chaque fois.

 

Pas de confort et donc pas de cette économie restreinte des ironistes qui thésaurisent avec assurances incluses. Il faudra frayer de nouvelles généalogies pour ajuster la coprésence de Jean Carzou et de John Armleder. Seulement présente et encore très modestement l’intelligence déconcertante du très cultivé John Armleder. 

 Faites à plat comme des flaques puis relevées, leur exécution résulte de décisions immédiates, de mélanges de peintures, de laques et vernis divers. L’évolution est aléatoire sous l’effet des différents composants chimiques et de leur manipulation. Les peintures montrent clairement leur stratégie de fa­bri­ca­tion : un geste par lequel l’échec, l’abandon ou la réussite reviennent au même. Tout l’art de John Armleder  se défie de l’intention, ne pas afficher ni  programmer des intentions, mais au contraire et régulièrement les remettre en jeu et les destituer de leur autorité. On songe aux dendrites de George Sand   (qu’aurait très bien pu illustrer Jean Carzou) qui s’inscrivent dans l’histoire des images naturelles et accidentelles utilisées ou produites par les artistes pour stimuler leur imagination.  George Sand n’utilise alors le hasard que pour créer des paysages, pour « faire de la nature » , « pour la faire vraie ».  Il s’agit de la volonté de produire des images qui pourraient ou ne semblent pas être faite de main d’homme, produire des images et non produire du sens. Des choses qui se font toutes seules, des images acheiropoïète  dit-on depuis Cicéron.  Un artisanat modeste et madré pour en finir avec les vanités de la subjectivité. On pourrait tracer une histoire de la subversion de ces modestes, de la capacité de leurs choses à agir à retardement.  Leurs capacités à, tout aussi, épuiser les idéologies qui les ont vues naître sont ce que nous nommons Art. 

 

 

 Pour l’événement parisien John Armleder a porté une attention particulière à une eau forte  de Jean Carzou de 1957 : « Le champ de bataille » - parfois titrée « Le canon dans les ruines »- Carzou est maintenant Carzou, bien après « les ronds et les carrés » des premières années. Ce graphisme identifiable, son immense popularité arrive. La pointe sèche de Bernard Buffet dévore à l’identique, tous les thèmes ; les eaux-fortes de Jean Carzou fouillent très librement un monde délimité par son imaginaire : espaces guerriers, théâtraux, scéniques –des académies ressuscitées-. A y regarder de près c’est plutôt décontracté : griffures, trames, lacis, linéaments, résilles, gribouillis même.

 

Gribouillis. Des milliers d’estampes accumulées dans le dernier atelier, John Armleder fixe l’eau forte « Champ de bataille ». Quatre nuages aux quatre coins au dessus de l’horizon ruiné. Premier nuage : «  Une seule ligne qui dessine de fines volutes, comme celle d’une cervelle minuscule, délicate et folle, sinueusement repliée, à l’infini, sur elle-même. » Stéphane Audeguy, « La théorie des nuages » 2005. Gallimard.

 

Cécile Calé.

Curator  & Art Advisor , Paris, Septembre 2014.

 

 Cécile Calé a fondé le label Cercle Spiridion avec Claude Darras. Agrégés d’Art, commissaires d’expositions indépendants, ils sont basés en France dans l’Ouest parisien (Cercle Spiridion, Art contemporain, 18 rue du Château, 92500 Rueil Malmaison). Ils ont mis en œuvre plusieurs expositions en France au château de Vert-Mont - Fondation Tuck - Institut français du Pétrole Energie Nouvelle en partenariat avec Xavier Douroux, Directeur du Consortium de Dijon et Paul Hervé Parsy Directeur du Château d’Orion. Expositions  & workshops : Lionel Esteve (Galerie Emmanuel Perrotin), teenagers are always right, 2010 ; Naked Nature , Ariane Michel, Ellie Ga, Fabrice Adnot, Hugues Reip, Mathieu Mercier, Philip Haas-Richard Long, Robert Cahen, 2011 ; John  Armleder, Décor, 2012. ;  Gégoire Soussan, Real Style , 2013. Prochainement :  Rachel Feinstein octobre 2014; Karen Kilimnik, février 2015.