Communiqué de presse



 Galerie Richard New York présente la première exposition personnelle d’Hervé Heuzé à New York intitulée Mythologies - Peintures du 7 décembre 2016 au 29 janvier 2017. Sur la même période Galerie Richard Paris montre la septième exposition personnelle de l’artiste intitulée Mythologies - Oeuvres sur papier.

 

 Les avancées considérables de la science médicale,  que ce soit la génétique, le clonage, la chirurgie, ont ouvert l’imagination à toutes sortes de combinaisons d’êtres hybrides mi-humains –mi-animaux. Au lieu d’imaginer un futur de science-fiction Hervé Heuzé a puisé dans sa culture de peintre et a trouvé que les créatures hybrides qui fonctionnent le mieux plastiquement existaient déjà sous la forme de divinités dans diverses mythologies, en particulier grecques, latines, celtiques, hindoues et aztèques. La mythologie a été aussi son prmier sujet en peintures après être sorti de l’Ecole des Beaux-Arts de Rouen. 

 

Quand l’animal ne se prétait pas plastiquement à une hybridation avec l’humain, il l’a représenté dans une autre relation avec l’humanité, telle celle par la littérature (Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov) et le cinéma (King-Kong). “Il sera difficile d’oublier le regard de ce vieux singe qui s’adresse à nous mais qui porte sur la civilisation occidentale, sur l’idéologie du progrès et sur l’évolution(1). Le pélican et le tigre au titre de Share Khan représentent aussi des divinités sans être  des hybrides. “Heuzé tente de s'approprier les mythes, comme il  s'est approprié King-Kong et les frontières entre les espèces pour les déplacer ou les brouiller, s’efforçant ainsi de leur rendre cette dimension d’interrogation, mais aussi d’inquiétude, qu’un savoir positiviste tend à masquer “(2).

 

 Quelque soit le sujet qu’il traite, les peintures d‘Hervé Heuzé  possèdent une signature spécifique. En premier lieu vous visualisez une lumière froide et douce qui reproduit des impressions de lumière de Normandie où l’artiste est né et vit. Puis vous avez cette lumière et couleur bleue avec une pointe de gris qu’un jour on pourrait appeler bleu Heuzé et qui traverse plusieurs séries d’oeuvres en peinture et sur papier. Même si le tableau “Le Combat de Centaures” représente une scène de violence très réaliste qui vous frappe immédiatement, plus on reste devant la toile,  plus on ressent le caractère  paisible du paysage bleu-vert pale qui l’entoure.

 Hervé Heuzé expose régulièrement à la Galerie Richard ainsi que dans de nombreuses foires d’art internationales. En 2013 il a participé à l’exposition de groupe du Musée Borusan Contemporary à Istanbul en Turquie. Il a également eu des expositions personnelles au Middle Space Gallery de Pékin en 2011, à la Emily Davis Gallery de l’Université d’Akron dans l’Ohio aux Etats-Unis en 2010, au Musée  d’art  Moderne et Contemporain de Nice (2000), au Musée d’art et au Centre d’art Contemporain de Montbeliard,  une exposition collective au Centre d’art contemporain Villa Tamaris à La Seyne-sur-Mer et dans plusieurs autres institutions publiques en France.

 

 (1) Jean-Pierre Zarader : « Métamorphoses de King Kong sur une peinture d’Hervé Heuzé » published by Galerie Richard on facebook and newsletter

 (2) Jean-Pierre Zarader : « Prométhée, un dessin d’Hervé Heuzé », published by Galerie Richard on facebook and newsletter