Communiqué de presse



David Ryan                               Suzy                                 14 mars – 25 avril 2009    
          Yek                            Double Novella                     14 mars – 25 avril 2009

 
La Galerie Jean-Luc & Takako Richard a le plaisir de vous annoncer deux expositions personnelles de David Ryan et Yek. Le vernissage aura lieu le samedi 14 mars de 17 à 21 heures. Les expositions se poursuivront jusqu’au 25 avril. Ces deux artistes, figures clé de la Pop Abstraction à Las Vegas (Yek vit actuellement à Singapour), créent des oeuvres d’une abstraction pure qui ont un impact visuel immédiat et une présence marquée, produits par le rythme dynamique des compositions, les couleurs chatoyantes et l’espace. Pour autant les deux artistes s’inspirent de la culture populaire et l’expérience du quotidien.

Les peintures de David Ryan, bas-reliefs composés de couches superposées de surfaces monochromes aux formes arrondies, sont des créations visuellement indentifiables. L’artiste transcrit une esquisse à deux dimensions en trois, quatre panneaux découpés au laser puis superposés. L’œuvre de Ryan est le fruit d’une approche picturale tout autant que sculpturale et architecturale. Les effets visuels sont créés par l’interaction entre les courbes superposées, par ce qui est visible et ce qui reste caché, par les couleurs incrustées entre deux panneaux et  par  les jeux de lumière  produits par le volume. Dans certaines de ses nouvelles œuvres, David Ryan combine le médium à un nouveau matériau, le Coraforme, de l’uréthane dense habituellement utilisé pour l’isolation. C’est aussi facile à couper que le médium, bien plus léger, juste plus cher. On découvre des œuvres dans de  nouvelles dimensions. La plupart d’entre-elles sont plus petites qu’auparavant, coupées avec précision, compactes et percutantes. En même temps, il élabore des œuvres de dimensions plus impressionnantes, plus complexes et riches. David Ryan se donne les moyens de développer son travail et cette exposition montre que  «ses  bas-reliefs d’une beauté infernale sont des sculptures qui utilisent au mieux leur espace: suffisamment audacieuses pour remplir toute une pièce de ses plaisirs puissants et cependant étant assez compactes pour être accrochées au-dessus du canapé» (1).

Pour sa troisième exposition personnelle en Europe, Yek nous présente des œuvres tout à fait nouvelles. La Galerie expose six petites peintures horizontales, ne dépassant pas un mètre de largeur. Vives en couleurs et exquises, ses nouvelles oeuvres sont la continuation d’un triptyque monumental (8,12 m x 11,68 m) installé dans une nouvelle station de métro à Singapour.  Les tableaux ont des formats panoramiques qui renvoient aux larges paysages de l’Ouest américain. Les couleurs, des dégradés de haut en bas, sont autant d’expériences vécues de paysages. Ce qui  demeure un élément de signature de l’artiste de ce nouvel ensemble d’œuvres demeure sa palette de couleurs radiantes – un équilibre parfait entre la culture synthétique du Las Vegas « strip » et de la culture populaire exubérante chinoise de Singapour. Ces nouvelles peintures donnent aussi l’impression d'être rétroéclairées par une lumière rapide, presque familière, éternelle,  qui semble se rapporter à une couleur naturelle, mais qui est plus apparentée aux couleurs sur moniteurs informatiques, écrans de télévision. Des diagrammes de diverses lignes blanches ou colorées traversent les espaces colorés en donnant une sensation unique de rythme rappelant celle d’une partition musicale. On peut aussi y voir des photos floues de danseurs en mouvement.
 
En 2008, David Ryan a participé à « Phenomenon : New Perspectives in Painting » à Dubai, ainsi qu’à « Diaspora : The Emergence of Contemporary from The Neon Homeland » au Laguna Art Museum à Laguna Beach en Californie. Des oeuvres de Yek ont récemment été acquises par la Albright Knox Art Gallery et ont été exposées dans des musées et galeries d’art à New York, San Francisco, San Diego, Portland, Paris et Graz.   


(1) David Pagel : « A material change pays off », Los Angeles Times, vendredi 1er août 2008 E13