Communiqué de presse



Galerie  Richard est heureuse de présenter la quatrième exposition personnelle à Paris de Carl Fudge intitulée « Razzle Dazzle » du 24 avril au 5 juin 2010.

 
 
Carl Fudge complexifie la lecture visuelle de l’objet en démultipliant les éléments d’un sujet figuratif. Il actualise la relation entre abstraction et figuration dans le contexte actuel du monde digital et des nouveaux développements dans les sciences physiques. Il a mis au point un processus créatif qui combine des techniques artistiques traditionnelles et les technologies digitales.
 
 
Sa nouvelle série est inspirée par les œuvres d’artistes comme le capitaine de corvette Norman Wilkinson, John Duncan Fergusson, L. Campbell Taylor et Edward Wadsworth, membre du mouvement épisodique du Vorticisme (1914-15). Les Vorticistes représentaient un branche britannique du Modernisme par l’utilisation d’une abstraction géométrique et la précision pure et dure des formes mécaniques. En se situant dans la continuité de ce mouvement, Carl Fudge suggère l’existence de parallèles entre la vision utopique de l’Age Industriel et notre engouement actuel pour les technologies digitales.
 
 
 

Carl Fudge fait abstraction des sujets de Wadsworth – des scènes industrielles du Nord de l’Angleterre ainsi que des bateaux Dazzle sur lesquels on avait peint des motifs afin de désorienter l’ennemi lors de la première Guerre Mondiale. Il déconstruit les formes géométriques et les rayures hypnotiques des bateaux en créant un plan kaléidoscopique de formes d’une précision froide de contours qui désorientent le spectateur. Les œuvres graphiques telles que Pencil Factory présentent un jeu de plans qui reculent et sont projetés dans l’espace. Les œuvres comme Revolver qui comportent de nombreux détails et sont inspirées de scènes de ports, incluent des vestiges de l’esthétique de Wadsworth – des travailleurs tels des personnages de bandes dessinées et un clin d’œil aux contours des bateaux. La technique de la sérigraphie permet d’intensifier le jeu des couleurs fortes en même temps participant davantage à la fragmentation de l’espace. 

 

 
 
Les compositions font penser à l’Art Moderne avec des détails à l’apparence d’octets digitaux. Fudge expérimente avec les différentes techniques d’impression et offre plusieurs versions de la même image : des variations en noir et blanc, ou bicolores, avec un détail d’une composition monumentale qui peut être considéré comme une œuvre à part entière. En faisant allusion aux xylographies, le matériau de base des œuvres de Carl Fudge est un papier japonais très fin. Fudge défie les hiérarchies et déconstruit les disciplines traditionnelles.
 
 
La nouvelle série de l’artiste est une élaboration de ses anciennes séries inspirées par les peintures Camouflage de Warhol et les gravures japonaises. Les œuvres des séries Camouflage et Razzle Dazzle utilisent les motifs pour tromper l’œil. Alors que le but du camouflage est de cacher, les œuvres de la série Razzle Dazzle désorientent par la déformation des objets visibles et reconnaissables. C’est ainsi que Fudge crée un vocabulaire pictural original pour donner une apparence fraîche à ce qui existe déjà.
 
 
C’est à la galerie Ronald Feldman à New York que Carl Fudge a récemment eu sa première exposition après une interruption de cinq ans. Ses dernières expositions personnelles ont eu lieu à Eugene Binder Gallery au Texas et à la Galerie Jean-Luc & Takako Richard à Paris. Ses œuvres sont dans les collections de musées tels que le Whitney Museum of American Art, New York, le Museum of Fine Arts de Boston, le Brooklyn Museum à New York, le Denver Art Museum à Denver. Il est né à Londres et vit et travaille à New York.