Communiqué de presse



 

Beverly Fishman          Pharmako Series                              3 – 27 septembre 2011

 

 

 

Galerie Richard est heureuse de présenter une exposition personnelle de Beverly Fishman intitulée Pharmako Series du 3 au 27 septembre 2011.L’artiste montre pour la première fois en Europe un ensemble de sculptures lumineuses ainsi que de nouvelles peintures sur métal aux couleurs flamboyantes. Son oeuvre est unique par l’appropriation d’un langage abstrait issu de la science pour traiter du corps humain. 

 

‘’Pharmako représente un large spectre de pilules, des médicaments en vente libre, des médicaments sous prescription tout aussi bien que des drogues vendues dans la rue. Les formes des sculptures de pilule sont conçues pour affecter le spectateur à la lumière du jour aussi bien que dans l'obscurité. Aussi expansives dans leurs colorations que les effets de leurs contreparties dans la vie réelle, les médicaments de Fishman calment, attirent ou séduisent le spectateur promettant bonheur et protection. Les médicaments légaux et illégaux sont mélangés dans l'installation pour souligner le fait que, comme les sociétés pharmaceutiques multinationales, les trafiquants de drogue comptent sur des logos et des marques pour construire et maintenir une base de clients fidèles’’(1).

 

Une pièce fermée de rideaux noirs est consacrée à cet ensemble sculptural. On prend pleinement conscience de la variété des formes externes et de l’importance des logos internes de chaque représentation de médicament. Ces pilules sont disposées de façon disparate du sol au plafond sur les quatre murs de la pièce. A la lumière du jour les pilules en résine forment  un ensemble multicolore très festif et ludique. Lorsque la lumière s’éteint le spectateur découvre que les sculptures irradient alors de lumières rouge, verte, bleue, créant un espace lumineux féerique. La résine absorbe la lumière du jour, l’emmagasine et la restitue la nuit. Chaque sculpture est unique et vendue séparément, ce qui  permet de créer soi-même son installation murale en choisissant plusieurs. Pharmako Series soulève des questions fondamentales telles que l’excès de prescriptions médicamenteuses et l’addiction aux drogues légales ou illégales.

 

L’exposition va aussi présenter plusieurs peintures sur métal qui reprennent souvent les symboles des médicaments et qui dégagent des énergies colorées positives. Dans les peintures de 2003 à aujourd’hui on découvre toute la richesse iconographique de l’artiste. Aux motifs des logos de médicaments s’ajoutent d’autres motifs abstraits tels qu’électrocardiogrammes et électroencéphalogrammes, structures moléculaires des composants des médicaments, circuits de composants informatiques et structures ADN à deux chaînes hélicoïdales. Les grandes peintures sont constituées d’un assemblage de plusieurs panneaux horizontaux, rejoignant ainsi l’esprit de ses œuvres sculpturales. Comme une médication ses œuvres d’art sont un ensemble à plusieurs composants.

 

“Notre besoin de réconcilier technologie et humanité est une préoccupation majeure qui engendre des débats éthiques, légaux, spirituels, spécifiques à notre époque. L’art de Beverly Fishman met en avant cette crise moderne d’identité dont les peintures nous engagent à propos de questions critiques qui nous confrontent à notre individualité et à notre culture dépendante de la technologie”(2).

 

Beverly Fishman aura une exposition personnelle à Galerie Richard, à New York en décembre 2011. Actuellement elle est invitée par le Toledo Museum, Ohio, à créer ses premières sculptures en verre. La série Pharmako a été exposée par la Galerie Richard à Pulse New York en 2010. Beverly Fishman a réalisé une installation murale pour le VIP lounge d’Art Basel Miami 2009, qui a été exposée et acquise par le Miami Art Museum en 2010.

 

 

 

 

 

(1) : texte de Matthew Biro pour Pulse N Y    2009. Professeur d’art moderne et contemporain au Département Histoire de l’Art à l’Université » du Michigan, Ann Arbor

(2) : texte de Joe Houston tiré du livre ‘’Beverly Fishman’’, Collection the Cranbrook monographs, 2003