Communiqué de presse



Peter ROGIERS                              Ectoplasmic                    24 octobre - 21 décembre 2013

 

Galerie Richard, Paris a le plaisir de présenter la première exposition personnelle de Peter Rogiers en France intitulée "Ectoplasmic" du 24 octobre au 21 décembre 2013. Peter Rogiers, né en 1967, est un artiste belge vivant près de Louvain. Les sculptures exposées témoignent de sa créativité exubérante qui s’épanouit avec son goût pour la prise de risques. Elles se caractérisent par un impact spatial impressionnant, un dynamisme inhérent obtenu par le biais d’antagonismes entre la légèreté et la lourdeur de la statuaire classique et par ses assemblages inattendus. Ses oeuvres sont enracinées dans l’histoire de l’art même si elles la défie avec irrévérence.

 

L’idée  première est simplement de faire une bonne sculpture, je veux dire par là l’idée élémentaire de ce qu’une sculpture peut être: des formes, des lumières, un équilibre, la relation avec le socle, etc. C’est lorsque je choisis mon sujet, par exemple un palmier, un oiseau ou un personnage. Le sujet en soi n’a pas un intérêt majeur pour moi. J’improvise toujours et change d’idées durant le processus de fabrication de l’oeuvre. Je change les sculptures par instinct, je les laisse reposer, et puis j’y repense pour équilibrer la rationalité et l’intuition. Souvent je laisse des imperfections parce que je pense que l’on peut “tuer” une oeuvre en essayant de l’affiner trop.

                                                                                                                       Peter Rogiers

 

Inspiré par Brancusi et Serra, les films de série B, les bandes dessinées, les contes de fées et le rock’n’roll, il combine la culture classique et la culture populaire pour rendre plus justement la perception de notre époque au travers de la sculpture contemporaine. Les nouvelles sculptures présentées pour la première fois à Paris revisitent et réactualisent la statuaire masculine et la sculpture animalière. Le public est étonné devant des œuvres à la fois proches par leur sujet et inattendues dans leur traitement. L’aluminium est percé, brisé, éclaté, implosé, rendant la première lecture abstraite. La figuration, les formes animales, se révèlent selon l’angle de vue. Ses nouvelles sculptures de bustes humains font penser à des vestiges d’une civilisation déchiquetée, réduite à néant. Il n’y a rien de narratif dans les sculptures de Peter Rogiers et chaque sculpture est autonome. Les poissons semblent tout en mouvements, fluides et visqueux, alors que l’oiseau semble un mutant biologique et mécanique. En y passant plus de temps et en tournant autour des œuvres, on pénètre dans leur complexité et on apprécie la parfaite maîtrise de son créateur. Rogiers réussit ses sculptures grâce à sa prise de risques et à sa capacité à en garder le contrôle. Il expérience aussi les limites en conduisant ses motocycles sur les circuits du Championnat d’Europe.

 

Galerie Richard a organisé la première exposition personnelle de Peter Rogiers  en 2012 relatée dans des articles dans Art in America, The Wall Street Journal, World Sculpture News notamment. Peter Rogiers expose régulièrement chez Tim Van Laere Gallery à Anvers et Galerie Thomas Schulte à Berlin. Ses oeuvres sont dans la collection du MuHKA à Anvers et le SMAK à Gand et ont été exposées au Middelheim Open Air Museum, à la Fondation Caixa à Barcelone, au Bonnefantenmuseum à Maastricht et au Magasin à Grenoble.