Communiqué de presse



William BRADLEY                          Tall Tales                     21 novembre  -  28 décembre 2013

 

Il n’a pas encore trente ans, mais l’artiste William Bradley, artiste vivant à Londres se mesure à ses héros de la peinture abstraite expressionniste en relevant le défi de leur usage de l’écriture automatique et de la spontanéité. Il commence par créer des aquarelles abstraites très composées aux arrangements de couleurs spécifiques. Il les scanne et les manipule numériquement, notamment en exacerbant la saturation des couleurs, et en précisant les formes. Il reproduit sur toile au pinceau et à la peinture à huile la realisation informatique en ajoutant cette fois la matière. On a parlé de ses oeuvres comme “de l’art abstrait sur l’art abstrait’ avec une démarche conceptuelle sous-jacente qui est celle de l’exploration de la déconnection entre l’artiste et le regardeur qui tient aux spécificités memes du langage abstrait. Bradley élabore un langage de références ou d’emprunts pour la plupart à de nombreux peintres expressionnistes tels que Hofmann, Motherwell, Still, Gottlieb, De Kooning, tout en maintenant la distinction de son approche.

 

 

William Bradley ne cherche pas à ce que ses peintures soient qualifiées d’expressionisme abstrait. Au contraire, il utilise les caractéristiques de style tout en en déniant la technique et les concepts qui y sont rattachés. Ainsi ses peintures agissent comme classifiant le mouvement artistique comme une marque et comme étant un académisme épuisé. Elles rafraîchissent les concepts modernistes par une incarnation contemporaine. Alors que les coups de pinceaux étaient initialement intuitifs, ils sont aujourd’hui transcrits consciemment en tant que formes.

 

Bradley propose une description par la peinture des codes de la peinture perpétués dans l’Expressionnisme Abstrait, le début du Pop Art et plus généralement la peinture générique. Les signifiants visuels, qu’ils soient issus de référents de la grande peinture ou d’éléments de la vie quotidienne, sont appropriés comme des rituels visuels issus de la mémoire qui entrent dans l’élaboration d’un autre lexique artistique. De la sorte Bradley peut être considéré comme un artiste conceptuel. Son oeuvre se réfère dès lors à Ad Reinhardt, Blinky Palermo et à une nouvelle génération qui réintroduit une stratégie conceptuelle dans la peinture.

     

William Bradley est diplomé d’un Master du Wimbledon College de l’Université des Arts de Londres en 2008. Il a été sélectionné pour Future Map 08 et  le Catlin Art Prize en 2008 et 2009. Ses oeuvres sont dans des collections privées renommées en Europe et aux Etats-Unis et dans les collections publiques de l’Université des Arts de Londres et de la Fondation pour les Arts David Roberts.